Meysse - Saint-Vincent de Barrès

Infos pratiquesInfos pratiques
Longueur : 9.8km
Durée : 3h40
Dénivelée positif : + 621m
Dénivelée négatif : - 251m
APIDAE
Dénivelé
Bulletin météoBulletin météo
Meysse Can't connect to huguenots.illicoweb.com:443

SAINT-VINCENT DE BARRÈS

Saint-Vincent de Barrès est un village médiéval perché, fortifié, niché entre la forêt domaniale du Barrès, à proximité d’une hêtraie remarquable et le plateau basaltique du Coiron, véritable « île volcanique ».

Ancien castrum, Saint-Vincent de Barrès a conservé ses dix tours, son donjon et une partie de ses remparts. Il est labellisé « Village de caractère » et fait partie du « Pays d’Art et d’Histoire du Vivarais Méridional ».

Selon la tradition Jules César serait passé à Saint-Vincent de Barrès lors de la guerre des Avernes. On y trouve un oppidum, une voie romaine et le domaine gallo-romain « Villa Artenica ».

Saint-Vincent de Barrès fut une place forte protestante à la fin du XVI° siècle : des pasteurs s’y succédèrent de 1576 à 1681 et leurs registres ont été conservés. La communauté protestante de Saint-Vincent participe au colloque de Baix en 1563.

En 1585, le capitaine Jacques de Chambaud installe au coeur du village une garnison de seize hommes, destinée à garder les maisons fortes des coseigneurs.

En 1586 les protestants de Saint- Vincent de Barrès fournissent une monture au pasteur du Pouzin afin qu’il puisse desservir leur communauté.

Deux épisodes marquant les prémices du siège de Privas de 1629 se déroulèrent à Saint- Vincent de Barrès :

- les 5 et 6 Octobre 1621 : la bataille d’Azinières au cours de laquelle la vallée du Barrès fût le théâtre de ce que le Docteur Francus dans son « Voyage autour de Privas » nomme « la plus grande escopetterie qu’il y eût en Languedoc » : en vue de procéder au siège de Montauban, 6 régiments vivarois y sont envoyés en renfort. Pour sa part, l’armée catholique du Duc de Ventadour devait acheminer depuis Chomérac jusqu’à Pont-Saint-Esprit, par la vallée du Barrès et Rochemaure, 2 grosses pièces d’artillerie. Quatre régiments de 600 hommes, sous la direction de Montréal, furent nécessaires pour convoyer les 2 canons, au prix d’une série d’escarmouches très vives. Avec un corps de 1400 à 1600 protestants commandés par le capitaine Blacons, la colonne catholique dût bivouaquer dans la vallée du Barrès (lieu-dit Le Colombier) et mit 2 jours pour atteindre Rochemaure.
- en 1627 : le vicomte de Lestrange, alors chef des armées catholiques de Privas reprend Saint-Vincent de Barrès aux protestants.

A proximité, il y eut à Saint-Lager- Bressac une importante industrie de la soie avec magnaneries et filatures. On y trouve 3 châteaux : des Mottes, de Granoux, de Fontblachère et des habitats troglodytes à Montbrun. Saint- Lager-Bressac connut une importante mobilisation citoyenne pour sauver la République lors du coup d’Etat de Napoléon III, le 02.12.185. La fusion des communes de Saint-Lager et Bressac fût tumultueuse.

Une expression locale : « Montarem tan que pourem. »

 -

Information touristique

Aucun commentaire pour le moment
Auteur :
Message :

 

{map_interactive}
Alerter Vous pouvez participer à la qualité de cette rubrique ! Merci d’alerter l’Office du tourisme de l’étape des données erronées que vous auriez constatées.

Offices de tourisme à proximité

Hébergements Partenaires $param{Sitra_Libelle_Hebergement_Partenaire

Autres Hébergements

Restaurants

Autres Services

Haut de page